top of page

Les chansons folles : Louis-Jean Cormier au sommet de son art

Ce vendredi 24 février, Louis-Jean Cormier présentait son plus récent spectacle solo Les passages secrets II. Doté d’une aisance technique et scénique incontestable, l’auteur-compositeur-interprète a offert au public du théâtre Outremont un voyage intime au cœur de son répertoire, épuré pour l’occasion.



Loin des foules à perte de vue et des concerts chargés de musiciens et de musiciennes comme lors de ses représentations au Festival d’été de Québec ou aux FrancoFolies de Montréal l’été dernier, Louis-Jean Cormier a troqué cette formule pour une tournée guitare-voix, celle-ci ayant lieu jusqu’en juin 2023.


« Être capable d’être complètement seul sur scène, du début à la fin, de sentir cette vulnérabilité qui vient avec, ça nous rend littéralement tout nu devant les gens », partage Louis-Jean Cormier, en entrevue avec Le Culte. « On est en parfait dialogue avec la salle, et la salle, elle, développe cette intimité-là avec moi [et peut] savourer pleinement le moment », continue le natif de Sept-Îles.


Des époques confondues

Alternant entre des chansons de ses quatre albums solos, de Karkwa (groupe de rock alternatif québécois duquel il fait partie à titre de chanteur et guitariste), et même d’autres artistes, Louis-Jean Cormier a interprété une vingtaine de morceaux en deux heures, sans entracte.

Bien que ces derniers provenaient tous de périodes diverses s’étalant sur presque trois décennies, l’artiste est arrivé à retrouver une certaine homogénéité dans Les passages secrets II.


« Quand je fais un spectacle, formule troubadour, toutes ces chansons qui ont été composées dans des époques différentes, qui ont été enregistrées dans des environnements sonores différents à travers les années se retrouvent dans le même bateau », remarque M. Cormier. « La manière dont j’écris, dont je compose les mélodies… Quand on les dénude, qu’on les entend dans la même soirée et avec la même guitare, on se dit "ah ben coudonc, il y a quelque chose qui fonctionne!" »



À cœur ouvert

À la manière d’un homme-orchestre, en assurant la voix, l’accompagnement, les percussions et parfois la basse, Louis-Jean Cormier a alterné entre les styles et les dynamiques.

Entre la touchante ouverture avec L’au-delà, chanson poignante composée à la suite de la mort de son père Marcel en janvier 2020, le segment dansant et interactif de Tout tombe à sa place ou encore la populaire Tout le monde en même temps, chaque fan de Cormier a pu s’assurer de passer une soirée mémorable grâce à l’artiste.


Le musicien s’est permis quelques moments humoristiques dans son spectacle, notamment en prenant une gorgée d’eau dans la pause de l’une de ses chansons pour ensuite plaisanter avec le public, ou en insérant Alors on danse de Stromae et As it was d’Harry Styles en plein milieu d’interprétations de son répertoire.


Si le rire était au rendez-vous, les larmes l’étaient tout autant. La douceur globale du spectacle, combinée à l’interprétation de la chanson de Gilles Vigneault Quand vous mourrez de nos amours, touchant hommage à son oncle décédé la semaine dernière, aura définitivement su tirer quelques larmes dans un théâtre Outremont comble.


Et pour la suite?

Le groupe Karkwa n’a plus produit d’album studio depuis 2010. L’artiste ne semble pourtant pas opposé à redonner vie à la formation : « Avec Karkwa, on réfléchit à l’idée de revenir, mais on n’est pas capables de donner une date précise. Ça se trame, ça se jase… On reste en suspens », lance-t-il.


L’auteur-compositeur-interprète manifeste aussi un désir de se développer en Europe, à titre d’artiste et de producteur. « Je pense qu’à la moitié de ma vie, à 42 ans, j’aurais besoin aussi de ce genre de nouveaux défis là, ça me ferait du bien », plaide-t-il.


La tournée de Les passages secrets II fera un tour sur le Vieux Continent, puisque Bruxelles, Paris et Genève seront entre autres sur la route du musicien.


Crédits photo : Villedepluie

Comentarios


  • Instagram
  • Facebook
  • TikTok
  • X
  • Vimeo
  • YouTube
  • LinkedIn
bottom of page