Le Winston Band : Portrait d’un lancement enveloppant


Photo: Noémie Laniel

Photo: Noémie Laniel


C’est dans une ambiance conviviale et festive que le Brûloir sur Fleury se transforma en salle de spectacle le 21 mars dernier. Le Winston Band lançait son premier EP Canajun, qui porte bien son nom par le rassemblement de la musique traditionnelle québécoise à la musique country, en passant par celle de la Louisiane (Louisiane-Acadien-cadien-cajun-canajun).


La visite d’un des membres du groupe dans cet État américain contribua justement à construire ce style à la fois unique et familier. Comme ils le disent si bien dans la description de leur EP, le Winston Band offre « une musique bâtarde, étrangement authentique ». Les six musiciens affirment toutefois que ce mélange hétéroclite est le fruit de leurs intérêts communs plus qu’un désir d’actualiser la musique traditionnelle.


Le groupe a tout de même la volonté de démocratiser ce style trop souvent décrit comme une « musique de cabane à sucre » en y mêlant violon, basse, frottoir ou batterie. Effectivement, son côté cowpunk, rock et folk donne une touche contemporaine à ses airs de veillées bas-canadiennes. Ayant déjà joué à Baie-St-Paul ainsi qu’à Tadoussac, le groupe soutient qu’il exploite un style estimé en région, mais qui a également sa place en ville par son effet de rareté. Sortant tout droit « des catacombes du Sault-au-Récollet », le groupe est originaire d’Ahuntsic et s’est formé en 2012.


Photo de Noémie Laniel

Photo: Noémie Laniel


Peut-être était-ce la température inhabituellement froide en cette première journée de printemps, mais l’ambiance était au rassemblement. La soirée conservait l’allure des veillées d’antan par l’amas de manteaux sur une chaise ou encore par l’ouverture des portes de l’avant et de l’arrière dans le but d’aérer la chaleur étouffante des corps dansants. Certains renouèrent effectivement avec la bonne vieille gigue, allant même jusqu’à sortir dehors pour y danser sur le trottoir. On oublia facilement qu’on se situait sur la rue Fleury, dans l’ouest d’Ahuntsic.


Avec quelques compositions à leur actif (que l’on peut retrouver gratuitement sur leur EP – ou avec un don qui est le bienvenu),  la soirée nous permit de découvrir leurs créations ainsi que la reprise de plusieurs classiques. Malgré la buée qui s’accumulait sur les vitres de la brûlerie, le public n’était toujours pas rassasié et criait un rappel, qu’il a bel et bien obtenu. La soirée d’approximativement deux heures et demie prit fin après une quinzaine de pièces à son actif.

Bien que ce soit la petitesse de la salle qui ait contribuée à cet effet d’étouffement chaleureux, il faut voir en la popularité de cette soirée le signe que le Winston Band devrait se produire dans une salle de plus grande envergure à l’avenir. Comme ils l’espèrent avec ce lancement, nous les retrouverons probablement cet été dans quelques festivals. À suivre!


Photo de Noémie Laniel

Photo: Noémie Laniel


http://lewinstonband.bandcamp.com/

0 commentaire
  • Instagram
  • Facebook
  • TikTok
  • Twitter
  • Spotify
  • Vimeo
  • LinkedIn