top of page

Il fera chaud cette nuit : Érotisme de nouveau genre

Il fera chaud cette nuit est un recueil de nouvelles qui explore les particularités de la sexualité humaine, sans gêne ni prétention. Loin d’être un manuel d’instruction, cette œuvre signée Yannick Marcoux donne la place aux réalités anodines de l’érotisme imparfait.


Crédit photo : Mathilde Beaulieu-Lépine

Un nouveau père qui plie des vêtements en se remémorant ses ébats amoureux du début de sa relation, voilà le genre de scène que relate Yannick Marcoux dans son nouvel ouvrage. Teintée de nostalgie, de doutes, d’incertitudes et de bonheur, chacune des 14 nouvelles vient toucher un aspect différent de la sexualité humaine.

Des angles nouveaux

Il serait difficile de reprocher à Yannick Marcoux son manque d’ambition. Raconter l’histoire d’une première relation sexuelle d’un homme de 71 ans, c’est le défi que s’est lancé l’auteur dans sa septième nouvelle L’amour à l’âge de Pierre. Cette dernière avait d’ailleurs déjà vu le jour dans le Prix du récit de Radio-Canada en 2018.


L’histoire du septuagénaire vierge, comme la plupart des autres récits de l’œuvre, met complètement de côté la vision pornographique et stéréotypée de la sexualité. Elle se concentre plutôt sur les plaisirs du quotidien avec les imperfections qui s’ensuivent. Comme pour Pierre, homme de 71 ans qui craint la réprimande de Dieux suite à sa rencontre avec la pétillante Viviane.

Le choix du langage employé par les personnages, parfois cru et d’autres fois plutôt réservé, vient appuyer l’idée maîtresse du recueil, soit que chaque individu et chaque relation sont uniques. L’auteur réussit à créer une œuvre érotique, avec l’utilisation des codes qu’un tel travail implique, sans pour autant tomber dans les clichés du genre. La trame narrative des nouvelles, où l’histoire est bâtie lentement et se termine avec une scène d’érotisme qui n’est pas nécessairement racontée au complet, est très évocatrice de ce désir de se détacher du genre pornographique. L’accent est mis sur l’histoire plutôt que sur les détails libidinaux.

Une lecture qui fait réfléchir

Sans être une lecture lourde, le recueil présente des problèmes que vivent certains personnages et soulève des réflexions sur les priorités de la société. « À quoi sert le clitoris dans une société patriarcale? » : c’est l’une des questions que pose Yannick Marcoux dès les premières pages.


Par contre, il n’arrive pas à offrir de pistes de réponses à ce genre d’interrogation, ayant majoritairement des hommes cisgenres comme narrateurs. Le manque de diversité dans les types de narrateurs peut s’expliquer par le désir de l’auteur de rester dans des situations ancrées dans le réel. C’est un choix judicieux qui lui permet d'éviter de tomber dans la caricature.


Dans un prélude plein d’humilité, l’auteur témoigne des lacunes de son éducation scolaire en termes d’anatomie féminine. Il mentionne les tabous qui entourent la discussion de tels sujets, en réaffirmant la nécessité et la beauté de les aborder.

Yannick Marcoux, avec Il fera chaud cette nuit, ouvre une fenêtre vers l’intimité de couples éclatés, qui vivent des situations bien différentes les unes des autres. Ce livre de désir et d’intimité saura inévitablement réchauffer les nuits de bien des lecteurs et lectrices.


Comments


  • Instagram
  • Facebook
  • TikTok
  • X
  • Vimeo
  • YouTube
  • LinkedIn
bottom of page