top of page

Robert Robert: danser dans l’imprévu

Le 17 novembre dernier, Robert Robert a fait sauter la foule (et l’électricité) au Théâtre Fairmount lors du festival Marathon. Le trio montréalais Afternoon Bike Ride a ouvert la soirée avec une performance imparfaite mais sensible.



Les arrangements lo-fi pop du groupe Afternoon Bike Ride manquent de fluidité dans les premières chansons bien que ce genre de musique soit intentionnellement imparfait vu son esthétique « fait maison ». La voix de la chanteuse principale Lia Kurihara se fait parfois enterrer par les instruments alors que les harmonies vocales préenregistrées surviennent abruptement.


Le son gagne rapidement en solidité et le trio offre une performance de Nothing In Particular haute en énergie. La jeune femme explique que cette chanson a été en écrite en pensant à son père malade, avec qui elle aimerait avoir plus de temps même si c’est « pour ne rien faire en particulier ».


Autre moment attendrissant, Lia Kurihara dédie la chanson Feel Through à son amoureux Vincent Roberge, aussi connu sous le nom Les Louanges, puisqu’il est présent dans la foule.


Court-circuit dansant


Le jeune public de Robert Robert, figure importante de la musique électro-pop québécoise, peine à contenir sa fébrilité et se prépare à sauter dès les premières notes. Au milieu de la deuxième chanson, M’enfer, la musique s’arrête soudainement, plongeant les artistes et la foule dans l’incompréhension totale. La noirceur saisit le Théâtre Fairmount.


Une fois l’instant de surprise passé, le batteur Anthony Pageot lance un rythme dansant qui ravive le public surexcité. Le spectacle continue dans le noir pendant cinq minutes, animé seulement par les prouesses du musicien. L’attente perdure et les employés tentent de faire évacuer la salle en attendant le retour de l’électricité.


Après quinze minutes déconcertantes, l’électricité revient et le devant de la scène est de nouveau bondé. Robert Robert reprend M’enfer devant la foule euphorique. « Je suis vraiment content que vous soyez restés malgré la panne », lance-t-il, soulagé.


Satisfaire les attentes


La chanson Alex satisfait pleinement les attentes. Il est presque impossible de ne pas se balancer sur le rythme enveloppant des percussions et de la basse, bien que la même séquence instrumentale se répète tout le long.


Robert Robert, de son vrai nom Arthur Gaumont-Marchand, maîtrise l’art d’occuper la scène. Il bouge de façon singulière, tantôt en remuant son bassin avec sa main sur sa hanche, tantôt en agitant ses mains sensuellement. Il saute lors des refrains et se promène de chaque côté de la plateforme.


L'atmosphère hédoniste est interrompue , lorsque Robert Robert change de ton pour interpréter À Pied :« J’ai défoncé assez de murs sans m’sentir validé. Moi j’suis la plante qui pousse toute seule ». L’ancien DJ chante l’entièreté du morceau avec un genou posé au sol et une expression sérieuse.


Malgré cette belle vulnérabilité, la force de Robert Robert se trouve surtout dans l’ambiance légère et électrique qu’il réussit à créer.


Crédits photos : Camille Gladu-Drouin

0 commentaire

Commentaires


  • Instagram
  • Facebook
  • TikTok
  • X
  • Vimeo
  • YouTube
  • LinkedIn
bottom of page