Une quatrième soirée hétérogène pour les Francouvertes


Sur la photo: Samuele

Sur la photo: Samuele


L’organisation des Francouvertes a prouvé, lundi le 9 mars au Lion d’Or, que son concours-vitrine était bel et bien celui «de toutes les musiques», comme son slogan l’indique. Les slams et le folk-rock parfois «bluesé», parfois country de Samuele se sont mêlés au blues-rock de Deslandes et au rap de Rymz pour former un spectacle diversifié et divertissant.

  1. Samuele                                                                  

Jonglant entre ukulélé, guitares acoustique et électrique, la jeune montréalaise a présenté au public du cabaret son répertoire, à lui seul très éclectique. L’auditoire a tout d’abord eu droit à la pièce Les bottes, un slam subtil, sombre et engagé, qui dénonce de manière renversante la promesse aliénante que constitue le rêve américain. Des morceaux folks légers et naïfs ont suivi cette oeuvre presque dramatique. La chanson Chandail préféré, dans laquelle l’auteure-compositrice-interprète décrit, à l’aide d’un vocabulaire peu complexe, le bonheur que chacun peut éprouver en se réveillant près de l’être cher, en est un bon exemple. Pas toi, une ballade réconfortante, semblable à une berceuse, est venue compléter le mélange disparate, si riche qu’il en paraissait par moments décousu.

Très théâtrale, Samuele a récité, entre deux chansons, un poème très poignant qui a énormément fait réagir la foule. La chanteuse y tenait un discours féministe bien construit, dénonçant, entres autres, les standards de beauté imposés aux femmes, qui doivent à tout prix rester minces «pour ne pas prendre trop de place». Ironiquement, cette envolée versifiée, loin d’être musicale, reste la partie la plus marquante de la prestation plurielle de l’artiste, qui lui a malgré tout valu la deuxième place du palmarès.

Samuele était escortée de Lévy Bourbonnais (harmonica), d’Alexandre Pépin (contrebasse), de Jean-Sébastien Brault-Labbé (batterie) et d’Alexandrine Rodrigue (voix et percussions).


Sur la photo: Deslandes

Sur la photo: Deslandes


  1. Deslandes

Accompagné de ses musiciens Ben Champagne (basse) et Martin Lavallée (batterie), le Sorelois Jérémy Deslandes a offert une performance amusante, haute en énergie comme en décibels. Les trois partenaires de scène, visiblement heureux de jouer côte à côte, partageaient une chimie contagieuse, qui attirait inévitablement l’attention des spectateurs.

Ceux-ci sont toutefois restés sur leur appétit devant les compositions simples et homogènes de la formation qui manquaient de rondeur et d’originalité, malgré l’habile guitare de Deslandes. Les paroles modestes de Chigneur de chigneuses, de Journée ensoleillée et de Le vice du vice, vides d’images et de thématiques évocatrices, n’avaient rien d’accrocheur. J’t’un roux moins sage que son image/Plus vite que son ombre/Ma vie est un mirage/Yé temps que je sorte de ma cave/J’t’un guerrier sans pardon/Dompteur de chigneuses», chantait Deslandes, plus près d’un chansonnier de tavernes que d’un artiste mûr.


Sur la photo: Rymz

Sur la photo: Rymz


  1. Rymz

L’ex-Maskoutain a enchaîné avec son hip-hop ravageur et provocateur d’inspiration américaine. Grâce à DJ Shash’U, à son batteur RV et à son hype man Farfadet, Rymz a pu offrir des pièces travaillées, aux beats prenants. Le jeune homme avait tout : le sens aiguisé du rythme, de la découpe, la voix grave, violente, l’attitude désinvolte, rude et l’énergie agressive, explosive des grands rappeurs. Un seul élément manquait : des textes habiles, dépourvus de clichés. Sexe, violence, argent, alcool, drogues, orgueil sont les thèmes abordés dans Anges en enfer, Fast life, Krève, Je t’aime et Vie de renard. La plume de Rymz est décevante, commune, redondante, même si l’auteur-interprète a avoué écrire avec son âme, «avec son sang», pour se soigner, se purger, «parce que ça sert à ça l’art».

Le rappeur avait tout de même son groupe d’admirateurs, qui s’étaient déplacés par dizaines pour assister au spectacle. Loin de leur chaise, ceux-ci sautaient sur place, groupés devant la scène, comblés par la générosité de Rymz, qui se tenait tout près d’eux. Pour célébrer cette merveilleuse rencontre, l’artiste a ouvert une bouteille de champagne.

Les neuf formations qui domineront le palmarès au terme des préliminaires auront la chance de participer aux demi-finales, qui auront lieu le 13, 14 et 15 avril. Voici le top 9, à l’heure actuelle :

1- The Urban Indians

2-Samuele

3-Rosie Valland

4- YOKOFEU

5- C-Antoine Gosselin

6- Les Guerres D’l’Amour

7- Oli Laroche

8- Jean-François Malo

9- Beat Sexü

 

Crédit photo: Alexandra Duchaine

 

Alexandra DUCHAINE

Journalisme

#folkrock #LiondOr #slam #LévyBourbonnais #Samuele #MartinLavallée #RV #bluesrock #préliminaires #country #BenChampagne #AlexandrePépin #AlexandrineRodrigue #Francouvertes #JérémyDeslandes #AlexandraDuchaine #DJShashU #Rymz #JeanSébastienBraultLabbé

0 commentaire
  • Instagram
  • Facebook
  • TikTok
  • Twitter
  • Spotify
  • Vimeo
  • LinkedIn