Tournée réussie pour la relève humoristique

La 26e Tournée des finissants de l’École nationale de l’humour (ÉNH), présenté dans le cadre du festival Zoofest et présenté à l’agora Hydro-Québec de l’Université du Québec à Montréal, surprend par la solidité de la livraison des

Après une introduction plus ou moins marquante en groupe des 14 finissants, le programme de 90 minutes débute plutôt sèchement avec des numéros de Dominique de Maupeou et de Brian Mentis. Conçus principalement de blagues grivoises, quelque peu prévisibles, ces deux numéros semblent limiter les deux jeunes humoristes puisque la livraison des gags demeure solide et leur présence sur scène est assumée. Ces numéros auraient probablement un plus grand impact s’ils n’étaient pas l’un à la suite de l’autre.

La soirée prend réellement son envol avec le numéro de Daphné Létourneau, qui aborde notamment son récit amoureux avec un homme de 44 ans avec dérision et absurdité. La prestance de la jeune femme est remarquable, d’autant plus qu’elle présente une bonne partie de son numéro accompagnée de sa guitare.

Diversité planifiée

Bien que certaines thématiques, comme le terrorisme, Harry Potter et le sexe, semblent refaire surface tout au long de la soirée, les finissants de l’ÉNH impressionnent néanmoins par la diversité des numéros. Soulignons le personnage de Mathieu Dufour, Coach Garry, qui livre un pathétique discours à ses jeunes joueurs de hockey niveau pee-wee. La mise en scène de scène de Stéphane Mayer est sans artifice, ce qui laisse tout l’espace et l’attention nécessaire aux artistes pour faire évoluer leur personnage.

Garihanna Jean-Louis livre quant à elle le moment le plus brillant de la soirée. C’est elle qui occupe la scène avec le plus d’aisance, dans un numéro intelligent et haut en subtilité sur les différences culturelles. Les autres moments forts de la soirée reviennent à Léa Stréliski qui raconte, avec un calme déconcertant, le quotidien d’une mère de 3 enfants. Saluons aussi la prestation de Brian Piton qui offre un anti-numéro sur une anti-conversation avec un livreur de pizza. Antoine Durochers manie tout aussi bien le style absurde dans un numéro sur la soupe alors que Madeleine Pilote-Côté s’improvise brillamment en coach de vie blasée.

Petit bémol sur certains passages en groupe, dont celui avec les sorciers, qui détonnait avec les autres numéros en n’apportant pratiquement rien dans l’ensemble. Autrement dit, cette 26e tournée des finissants de l’ÉNH assure un avenir diversifié pour la scène de l’humour au Québec.

0 commentaire
  • Instagram
  • Facebook
  • TikTok
  • Twitter
  • Spotify
  • Vimeo
  • LinkedIn