top of page

Francouvertes jour 5 : entre douceur et énergie

En cette cinquième soirée des préliminaires aux Francouvertes, le public découvre des visions artistiques éclatées avec les performances de Sandra Contour, Sakay Ottawa et Patrick Bourdon. 


Pour ouvrir le bal, l’artiste Samuele livre une performance touchante, marquée d’un message qui dénonce la transphobie et l'homophobie. Iel fait usage d’une voix juste et authentique pour dévoiler une composition inédite.


« J’ai pas de visite » 


Contrairement à ce que les paroles de sa dernière chanson « j’ai pas de visite » racontent, le public visite l’univers poétique de Sandra Contour, qui fait preuve d’une grande authenticité. Originaire de la ville d’Alma au Lac-Saint-Jean, l’artiste aborde l’auditoire de façon décontractée, accompagné du contrebassiste P-A Tanguay. 


Contour jongle entre sentimentalité et humour en passant de sujets tels qu’une relation amoureuse qui s’effrite à la vie d’une vieille dame et de ses chats à Baie St-Paul. Tout au long de sa présence sur scène, l’artiste interagit avec les spectatrices et les spectateurs, les comparant à des psychologues qui analysent son état psychique à travers ses chansons. 


Le jury lui attribue la neuvième place au palmarès des Francouvertes. 



« Mikwetc » 


Sakay Ottawa et ses musiciens changent drastiquement le ton de la soirée. Celui-ci partage à travers sa musique ses racines atikamekw avec l’auditoire en juxtaposant traditions, spiritualité, amour de la nature et autres  valeurs ancestrales. 


L’énergie était constante mais les morceaux musicaux semblables. L’artiste présente un folk rock bouillant qui véhicule un message d’unité. À la fin des trente minutes allouées, celui-ci demande au public de se lever et de danser au rythme de la musique. Avec ses interactions simples, mais attentionnées, il instaure une ambiance intimiste et chaleureuse. 


Malheureusement, Sakay Ottawa ne s’est pas classé au top 9 du palmarès.



« Je chante sur la tiédeur du quotidien » 


Véritable coup de cœur de la soirée aux yeux du public, Patrick Bourdon et ses musiciens et musiciennes ont livré une performance électrisante. L’artiste de Sainte-Julie explore la musique rock et country avec des textes tirés du quotidien. 


Embrassant la langue française et le folklore québécois, Bourdon parsème ses compositions d’un grain d’humour et ne se gêne pas pour employer un langage familier. Lors de sa performance sur scène, il grimpe sur un amplificateur, danse et gesticule dans tous les sens, bière à la main. 


Au terme de la soirée, celui-ci décroche le cinquième rang du palmarès. 



Tout au long de cette cinquième soirée, le son est beaucoup trop élevé et mal calibré. Les caisses de résonance produisent un crépitement dérangeant et le public plisse des yeux. Toutefois, ces aspects techniques déficients n’ont pas déstabilisé les artistes ni affecté l’expérience de l’auditoire. 


Crédit photos : Frédérique Ménard-Aubin


0 commentaire

Comentarios


  • Instagram
  • Facebook
  • TikTok
  • X
  • Vimeo
  • YouTube
  • LinkedIn
bottom of page